alt

Encore de nos jours, bon nombre de familles du sud marocain rencontrent des difficultés face à la scolarisation de leurs enfants… Ainsi, et dans la continuité de nos différentes actions menées sur le terrain, nous avons mis en place un système de parrainage d’enfants dans la région du sud marocain. Nous souhaitons apporter une aide durable et solidaire pour offrir à ces petits une enfance correcte qui allie aide alimentaire, accès à l’école, accès au soin, et habillement en fonction des différents besoins.

Vous recevrez en retour un reçu fiscal qui vous permettra de déduire 66 % de votre impôt.

 

Le parrainage, c’est plus qu’un don… C’est un suivi sérieux et adapté au besoin d’un enfant.

En effet, les situations des enfants nécessitant de l’aide sont nombreuses et tellement différentes d’un petit à l’autre que nous avons décidé d’adapter le parrainage de façon individuelle, ainsi il répondra au besoin d’un enfant en particulier. Certains n’ont pas accès à l’école, d’autres souffrent de malnutrition, d’autres encore, ont besoin d’un petit coup de pouce afin de réussir scolairement et assurer leur avenir…

 

Voici par exemple comment votre engagement peut changer le quotidien des enfants :

Fatima Zahra s’est vu remettre un vélo afin de pouvoir continuer à étudier, le collège se trouvant bien trop loin de son village pour s’y rendre à pied…

Abdelatif a pu rejoindre l’école et ainsi bénéficier d’études suivies dans de bonnes conditions !

Karima peut recevoir son traitement médical mensuel.

Youssef peut bénéficier de cours particuliers afin d’accéder à des études supérieures.

En devenant marraine ou parrain, c’est une véritable chance que vous offrez à un enfant ! Vous lui permettrez d’envisager un avenir meilleur adapté à ses besoins et sa situation. Grâce à votre engagement, vous serez les témoins privilégiés de son évolution et de ses progrès. Quant aux enfants, grâce à votre soutien précieux ils pourront imaginer leur avenir dans leur pays. Pour un enfant, quel bonheur de savoir qu’à des milliers de kilomètres de chez lui, quelqu’un pense et crois en lui en l’encourageant dans son quotidien…

alt

Voici quelques questions que vous vous posez sûrement…

 
 

Quel est le montant du parrainage ?

Le montant mensuel du parrainage est de 23 euros. Ce don permettra de financer la scolarité de votre filleul, d’améliorer ses conditions de vie tant dans le domaine de l’hygiène, du médical et parfois alimentaire.

 
 

Quel enfant vais-je parrainer ?

Vous aurez l’entière liberté de parrainer un petit garçon ou une petite fille. Une fois votre décision prise, nous vous ferons parvenir l’identité de l’enfant et son histoire. Celui-ci comportera sa photo, son âge, la situation de sa famille, ses conditions de vie…

 
 

Vais-je pouvoir communiquer avec mon filleul ?

C’est une chose possible et même conseillée afin que votre parrainage soit le plus enrichissant possible. L’argent est une chose très importante mais l’échange et le partage ont également un rôle essentiel. Vous adresserez vos courriers à l’association « Enfants du désert », nous nous chargerons de les faire traduire avant de les remettre à l’enfant. Votre filleul vous répondra lui-même. Il faudra cependant faire preuve d’un peu de patience avant de recevoir sa réponse, la transcription et les délais d’acheminement demandant un certain temps.

 
 

Pourrais-je envoyez des cadeaux à mon filleul ?

Vous pouvez bien sûr joindre à vos courriers des petits cadeaux. Dans ce cas nous les conserverons à l’association et les donnerons nous même à l’enfant (ce qui évite l’ouverture des colis pendant le transport !). Sachez cependant que votre plus beau cadeau reste votre parrainage.

 
 

Pourrais-je rendre visite à mon filleul ?

Si tel est votre désir, aucun problème. C’est avec une grande joie que votre filleul et sa famille vous accueilleront. N’hésitez pas à nous parler, nous serons là pour vous aider à préparer votre visite et notre équipe sur place à votre entière disposition pour vous accompagner si vous le souhaitez.

Chaque année, nous réunissons tous les enfants parrainés pour une belle journée de fête. Cette année, en 2013, c’est 150 enfants provenant des différents Ksars de la province d’Errachidia qui étaient présents. Au programme : de la musique, des spectacles de clowns, des récompenses et un grand goûter pour tous.

A l’issue de cette journée, nous avons remis à chaque enfant un cartable neuf avec tout le matériel nécessaire pour la rentrée prochaine ainsi qu’un livre de lecture en arabe qu’ils ont pu choisir grâce à notre opération « Un Livre, Un Enfant ».

La journée fut rythmée par les éclats de rire des enfants !

Leurs yeux, plein d’émotion, furent pour nous la plus belle des récompenses.

Quel bonheur de voir que grâce à nos parrains et marraines, tous ces enfants peuvent être durablement soutenus

Nous souhaitons remercier du fond du cœur tous les parrains et marraines qui soutiennent ces enfants toute l’année leur permettant ainsi d’améliorer leur quotidien et d’accéder à l’éducation.

Un grand merci également à tous les bénévoles sur le terrain, sans qui, cette journée n’aurait pu être possible.

alt

alt

 

Témoignage de Patricia, marraine de Mohamed

Il est là … deux grands yeux noirs, brillants comme de l’obsidienne, un sourire hésitant, timide, partagé entre la joie de les voir et la peur de l’inconnu. La peur de cette inconnue. Elle a traversé un océan, avalé des kilomètres, la route, la poussière, la chaleur pour lui. Elle l’a déjà rencontré, par le biais du papier glacé. Elle connait son joli visage rectangulaire, son regard doux et un peu mélancolique, ses cheveux noirs. Elle lui a souvent parlé dans ses pensées, à ce petit homme là-bas dans ses montagnes, dans ce pays qu’elle aime tant. Elle sait tout de sa vie, de son histoire, de son malheur. Elle a pleuré, elle a ri.

 

Il se serre un peu contre Laetitia. A 13 ans on est courageux mais tout de même, ça c’est une épreuve ! Il l’a attendue toute l’après-midi, il a eu peur qu’elle ne vienne pas. Un ennui mécanique et là voilà en retard … Elle en a pleuré de rage. Toute cette attente, tout cet espoir, toute cette déception ! C’est impossible que l’histoire s’achève ainsi avant même d’avoir commencé. C’est trop stupide ! Et finalement quand elle a passé le portique d’arrivée de l’étape elle a couru vers la tente du « parrainage » …

 

Laetitia le pousse gentiment vers elle et le sourire s’élargit. Elle lui tend les bras, elle ne peut pas parler. Elle a peur de cette boule qu’elle sent grossir au fond de sa gorge … « si je parle je vais pleurer »… des larmes de bonheur … Il s’approche enfin. Et elle le serre contre elle. Petit à petit, la timidité s’estompe et la pudeur s’efface. Et les voilà tous deux riant de leur maladresse respective. Tant pis pour la barrière de la langue ! L’amour n’a pas de frontière ! Elle lui remet les cadeaux qu’elle a pour lui et lui, lui offre un trésor. Un dessin qu’il a fait pour elle et qui désormais ne la quittera plus.

C’était il y a presque 4 ans, Mohamed a grandi et leur complicité aussi. Ils se voient peu mais si intensément… quelques mots au téléphone, l’entendre dire « Bonjour Patricia c’est Mohamed », savoir quels efforts cette simple phrase lui a demandés …juste le bonheur …


Quelques lignes écrites avec le cœur peuvent-elles suffire à décrire ce que je vis au travers de ce parrainage ?

 

Aujourd’hui, ce petit garçon fait partie de ma vie, et j’en suis devenue responsable. Je me suis engagée auprès de lui à le soutenir, à l’aider et à lui apporter toute l’aide et tout le soutien dont il aura besoin. Et bien au-delà de l’aspect matériel, c’est mon amour que je lui offre…

 

Laetitia, merci de m’avoir fait connaitre cet immense bonheur. Merci d’être celle que tu es …

alt

Témoignage de Maïa, marraine de Omar

Tout commença en 2009… Nous participions au Trophée Roses des Sables, afin d’aider l’association Enfants du Désert en remplissant notre 4×4 de dons pour les enfants.

Mais nous ne voulions pas nous arrêter à ça. Nous adhérons à l’association et nous décidons de parrainer un enfant.

 

Omar, 8 ans, devient notre petit protégé. Il vient d’une famille qui rencontre des difficultés et notre parrainage lui permet entre autre d’avoir une scolarité assurée.

 

Nous avons la chance de pouvoir le rencontrer en 2011. Une magnifique rencontre avec ce beau petit garçon un peu timide car il ne nous connait pas encore. Pour l’occasion, il a revêtit son costume de gendarme, métier qu’il souhaite exercer plus tard. Son regard pétillant et son sourire illuminent notre rencontre. C’est un petit garçon sérieux et appliqué, c’est un très bon dessinateur. Il nous offre un magnifique dessin fait avec les petits dons que nous lui avons offert directement.

 

En parallèle, avec un petit groupe d’amies, nous parrainons aussi Hatim. Lui aussi est un petit garçon un peu timide à la première rencontre, mais on peut lire dans son regard que ce petit garçon est plein d’espoir.

 

Laetitia nous fait parvenir de leurs nouvelles et des photos pendant l’année. Ils grandissent bien, ils sont en pleine forme et sont de bons élèves.

Nous avons la chance de les revoir en 2012. Ils ont bien grandi.

Omar veut toujours être gendarme ou policier. Ces talents graphiques se confirment, c’est vraiment un très bon dessinateur. Il a gardé son sourire et ses yeux pétillants qui nous font craquer.

Hatim est devenu un beau garçon moins timide, et il sourit beaucoup. Le dialogue avec lui est plus facile.

Nous organisons avec eux une belle partie de ballon, ils sont très doués. D’autres enfants et d’autres marraines se joignent à nous. C’est vraiment un très bon moment de partage !

Les heures passent et c’est avec un pincement au cœur que nous retournons chacun de notre côté. Mais avec dans le cœur ces très bons moments passés ensemble, ces regards et ces sourires marqués à jamais en nous.

Nous continuons à parrainer nos petits protégés.

Nous ne savons pas quand nous pourrons les revoir, mais nous savons que Laetitia et son association prennent soin d’eux, que nous aurons de leurs nouvelles et que ce parrainage leur permet d’avoir une bonne scolarité et une vie plus sereine.

alt

Témoignage de Muriel, marraine de Wafae

W comme Wafae

Octobre 2009 … Je sais qu’Elle sera là … Son visage, ses yeux, sa voix …je ne connais rien d’Elle …mais Elle sera là …

Octobre 2009 … L’épreuve doit, coûte que coûte, me permettre d’arriver à temps, de ne pas rater une seconde avec Elle …

Octobre 2009 … Premier Trophée … Premières émotions … Le désert, le sable …Elle …

Octobre 2009 … Au milieu des dunes, au milieu des 80 équipages … Je la cherche … Elle …

Octobre 2009 … Elle est là … Elle…. au milieu de ces enfants aux regards émerveillés par les dons qui se sont accumulés au milieu du bivouac …

Octobre 2009 … Cette petite fille chétive, timide qui n’ose pas sourire … C’est Elle…Wafae …

Octobre 2009 … Comment lui faire comprendre que je l’espérai autant …comment lui dire que c’est pour elle que je suis là ….? Wafae, avec ses grands yeux noirs ….

Octobre 2009 … J’ai parlé, pleuré …. Comment lui faire comprendre que ces larmes étaient pour elle …?

Octobre 2009 …. Et puis elle m’a regardé …. Sans paroles … elle m’a souri ….

Alors je suis repartie, chaque année,…. besoin de revoir ce sourire à nouveau …. de l’aider à ne plus se fermer et à comprendre que l’être humain peut aussi être là pour Elle …que je suis là pour Elle …

Octobre 2012 … Plus les années passent plus le bonheur s’installe …Wafae devient une jeune fille moins timide … Nos discussions sont nos regards, nos sourires, nos gestes …

Aujourd’hui, Elle fait partie de ma vie … Elle y est rentrée au hasard d’un rallye … Au détour d’une dune …Parce qu’une femme, tenace, volontaire, humaine, à un jour, décidé que TOUS les enfants avaient le droit à la culture, avaient le droit d’apprendre à lire et à écrire …

Parce que Lætitia et Manu ont créé l’association « Enfants du Désert » …. Pour nous ….pour eux….

Merci de nous donner la chance de vivre cela …

Merci d’avoir fait rentrer Wafae dans ma vie …. car aujourd’hui, Grâce à Elle, Grâce à toi, Grâce aux Roses …… je ne serai plus jamais la même personne qu’avant cet Octobre 2009 ….

 

Les Enfants nous apportent certainement plus qu’on ne leur donne …